Vous êtes ici

CNSD: la rentrée des futurs moniteurs de sport militaires

septembre 2019 - Fontainebleau

La 74e promotion de futurs moniteurs d'entraînement physique militaire et sportif (EPMS) promotion "Major PORRINI" a été placée sous le signe de l’aguerrissement.

 

Leur stage a commencé le 26 août 2019 par les tests d’entrée: au final 88 stagiaires ont intégré le stage dont 49 issus de l’armée de Terre, 19 de l’armée de l’Air, 10 de la Marine nationale et 10 de la Gendarmerie nationale. Depuis leur entrée en stage, les futurs moniteurs ont réalisé différentes activités physiques et militaires avec pour objectif, à l'issue de 8 mois de stage, la mise en pratique de leurs acquis au sein de leurs unités militaires d'affectation.

 

Qu’est ce que l’aguerrissement ?

La définition étymologique est d’habituer le militaire à des situations pénibles, le sortir de sa zone de confort tout en gardant sa lucidité pour faire face à la situation. L’aguerrissement peut s’obtenir par différents moyens et différentes méthodes militaires.

 

Au CNSD, dès la 2e semaine de stage, les stagiaires ont réalisé une activité, jour + nuit, soit une sortie terrain de 36 heures. Cette sortie s'est décomposée en 2 temps. Une première partie au CNSD et une seconde partie au Puiselet, rejoint à pied par une marche de nuit à travers la forêt. L'enjeu est d'aguerrir les futurs moniteurs pour qu’ils soient prêts eux-mêmes à l'engagement opérationnel mais aussi de les former à l’ensemble des techniques qui leur permettront, à leur tour, de mettre en place dans leurs unités des activités d’aguerrissement. En vivant cette activité, ils prennent conscience du niveau d’intensité à mettre en œuvre dans des missions où la fatigue est présente.

 

Ce fut l’occasion pour les moniteurs EPMS de tester la nouvelle piste d’aguerrissement, opérationnelle depuis le mois de juillet 2019. La piste est composée de 14 obstacles situés à moins de 3 mètres de hauteur pour permettre de travailler sans équipement de sécurité.

 

Par ailleurs, ils ont effectué leurs premières séances de méthode naturelle, de préparation physique opérationnelle (PPO) et réalisé un parcours de natation utilitaire lors de la première journée qui s'est achevée par un bivouac. Puis, la nuit fut organisée une marche en "ambiance discrétion" par section pour rejoindre au petit matin le Puiselet, pour enchainer sur une 2e journée. Celle-ci fut constituée d’un parcours de spéléologie, d’une séance de techniques d'intervention opérationnelle rapprochée (TIOR), de course d’orientation et d’un atelier de tension de corde au dessus d’une coupure humide. En 36 heures, les stagiaires ont ainsi vu un panel d’activité pouvant être réalisées avec peu de moyens mais permettant un apprentissage technique, physique et le développement de la résistance à la fatigue.

 

La formation des spécialistes EPMS s’inscrit et répond aux besoins opérationnels des Armées et de la Gendarmerie afin de remplir leurs missions avec des hommes et des femmes, animés d’un esprit guerrier, du sens du devoir et de valeurs partagées.