Vous êtes ici

« Et par Saint Georges, vive la Cavalerie ! » - Cérémonie au Centre Sportif d’Equitation Militaire (CSEM) le 12 mai

Le LCL Maksud, chef de corps du CSEM, a présidé une prise d’armes en l’honneur de Saint Georges.

Nombre des anciens chefs de corps avaient répondu présents à cette invitation leur permettant d’admirer une fois de plus l’étendard du 8ème Régiment de Dragons dont le CSEM a la garde depuis 1977.
A noter également sur les rangs, la présence des sections équestres militaires nouvellement rattachées au CSEM et du manège de l’Ecole Militaire de Paris qui constituaient chacun un peloton à cheval.
Conclue par une messe en l’honneur du saint patron de la cavalerie et par un concours de saut d’obstacles ouvert aux cavaliers-soigneurs, cette matinée de tradition et de cohésion s’est, comme de coutume, achevée autour d’un repas convivial au cours duquel anciens et jeunes ont échangé autour de leur passion commune.

Biographie de Saint Georges :

« D’abord saint patron des militaires, Saint Georges devient au fil du temps le protecteur des chevaliers, puis de la cavalerie, et par extension de tous les cavaliers civils et militaires.
Né vers l’an 280 à Lydda en Palestine, Georges entre d’abord, comme son père avant lui, dans l’armée romaine.
D’emblée, son courage, sa distinction, sa fière prestance l’élève au rang de tribun militaire dans la garde impériale de l’empereur Dioclétien.
Très vite, il fait part de son indignation face aux persécutions menées par l’empereur contre les chrétiens.
Son audace lui vaut de vifs reproches puis des menaces de mort. Dioclétien lui fera trancher la tête après un long martyr le 23 avril 303.
Très tôt vénéré en Cappadoce comme un défenseur de la foi, personnifiant les valeurs militaires et l’héroïsme, on lui voue un véritable culte à l’époque de l’empire Byzantin où il devint le saint patron des soldats.
Le récit de sa victoire contre un dragon qui terrifiait la ville de Silène en Lybie le fit entrer dans la légende. »